Charles Defalque

Le portrait de Charles Defalque figure dans notre Galerie de Portraits d’architectes.

Charles Defalque est né en 1904 à Court-Saint-Etienne. Il termine ses études d’architecture à l’Académie Royale des Beaux-arts de Bruxelles en 1926 et commence à travailler chez un de ses professeurs, Gustave Maukels, auteur notamment de l’Hôpital Français (1928-29) à Berchem-Saint-Agathe et de l’agrandissement et modernisation de l’hôpital civil de Louvain (1930), travaux auxquels Defalque a certainement collaboré.

Il reprend le bureau d’architecture de Maukels, au décès de celui-ci en 1933. Juste avant la Seconde Guerre Mondiale, il déplace son bureau vers le square Ambiorix. Quelque temps plus tard, il s’installe 100 mètres plus loin[1], rue Archimède n° 24, où il restera jusqu’à sa retraite en 1963, tout en ayant un bureau à Court-Saint-Etienne. Beaucoup de ses réalisations se trouvent dès lors en Brabant wallon.

Charles Defalque partage son bureau bruxellois avec son confrère Frédéric Maury, avec qui il collabore souvent. C’est ainsi que l’immeuble avenue Emile Max 182, au coin avec le boulevard Auguste Reyers, est signé Defalque & Maury : c’est aussi l’adresse du premier bureau de Maury, qui est de 5 à 6 ans plus jeune[2] que Defalque.

Ensemble ils réalisent aussi en 1938 la reconstruction de l’immeuble-magasin de la Compagnie anglaise, place de Brouckère 9-13[3].

A Bruxelles, l’on connaît encore de Defalque un immeuble à appartements à Woluwe-Saint-Pierre (rue Paul Bossu n° 1) de 1950, ainsi que plusieurs transformations aux bâtiments de l’asbl Le foyer de la jeune fille[4], rue Scailquin à Saint-Josse-ten-Noode.

Charles Defalque est mort en 1974 mais son sang d’architecte se perpétue chez son fils architecte Jean et son petit-fils architecte Quentin.

Pierre Dangles, juillet 2011


[1]Pour tous ceux qui s’étonnent de l’aspect disparate du square Ambiorix, d’une part aux maisons de maître construites vers 1900 au nord du square, dont le chef d’œuvre art nouveau de Gustave Strauven, et d’autre part aux immeubles d’appartements des années 1960 dans sa partie sud : signalons que des bombes tombèrent en 1944, pendant la Seconde Guerre mondiale, à l’angle de la rue Archimède et du square Ambiorix, détruisant la majeure partie des maisons de maître du sud du square. Il n’est pas établi que ce bombardement est à l’origine du déménagement de Defalque.

[2] Maury est de la promotion 1933 de l’Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles. Plus tard, Maury s’installera aussi au Bosveldweg à Uccle, mais il reprend l’adresse de la rue Archimède après le départ de Defalque.

[3] A l’origine, une œuvre de Gustave Maukels en 1890, avec agrandissement, également par lui, en 1910.

[4] Anciennement École des Sœurs de Sainte-Julienne.

Fin de commentaires/ Einde van opmerkingen