Ernest Clasens

Ernest Clasens débuta vers le milieu des années 1920 : son bureau d’architecte était établi boulevard Lambermont. Au milieu des années 1930, il le déplaça à l’avenue Gustave Latinis où il a été actif jusqu’en 1967.

Dans notre quartier d’Opale, Clasens commença par la construction des maisons voisines aux numéros 8 (juin 1927) et 10 (avril 1927) de l’avenue de l’Opale. Entre-temps, il dressa les plans du numéro 60 (mai 1927), puis l’année après les numéros 58 (mai) et 56 (septembre) de l’avenue de Opale.

En 1929, toujours pour le même maitre d’ouvrage, il ajouta les maisons rue Victor Hugo n° 186-188 (avril), n° 182 et n° 184 (août). Clasens a ainsi dessiné l’aspect entier de cet angle de rue, sur 30 mètres de chaque côté. Bien que chaque maison soit différente, l’architecte a réussi à donner une charmante impression d’unité.

Une particularité de ce carrefour est que les quatre bâtiments des angles n’ont été réalisés que par deux architectes, ceux du sud par Van Isacker et ceux du nord par Clasens.

Car vers 1934 ce dernier fit les plans de l’immeuble de rapport à l’autre coin nord de la rue Victor Hugo (n° 205) et l’avenue de l’Opale. Avec succès, puisqu’il fut engagé par l’entrepreneur A. Dujardin pour la réalisation, en 1936, d’un plus grand immeuble à appartements, à l’angle de la rue Victor Hugo (n° 198) et de l’avenue Adolphe Lacomblé.

A Schaerbeek, l’on connaît encore de Clasens des maisons dans le quartier des Fleurs : l’avenue des Jacinthes (1933), rue des Pensées (1934) et plusieurs à l’avenue Gustave Latinis (1931, 1935 et 1938), dont la sienne.

Pierre Dangles, mai 2011.

Première révision en août 2011; deuxième révision en septembre 2011; troisième révision en juin 2012; quatrième révision en novembre 2015.

Fin de commentaires/ Einde van opmerkingen