Georges Rosenberg

Le portrait de Georges Rosenberg figure dans notre Galerie de Portraits d’architectes.

Sa mort précoce, il y a déjà plus de 75 ans, fait que l’on connaît mal et peu l’œuvre et la vie de l’architecte Georges Rosenberg.

Fils de négociant, il naît à Schaerbeek en 1889.

Il suit les cours d’architecture à l’Académie Royale de Beaux-Arts de Bruxelles et obtient le diplôme d’architecte en 1912, deux ans avant le début de la Première Guerre Mondiale, qui ralentit l’éclosion de sa carrière.

Dans les années 1920, il collabore avec Victor Van Haelen, avec qui il réalise notamment deux maisons jumelles avenue Roger Vandendriessche, à Woluwe-Saint-Pierre.

En 1921, il réalise les dessins pour l’ouvrage de l’historien et archiviste de la Ville de Bruxelles Guillaume Des Marez Traité d’Architecture dans son application aux monuments de Bruxelles.

Sa maison personnelle a été construite en 1930 au numéro 6 de la rue Félix Sterckx à Laeken.

rue F. Sterckx 6 

L’on connaît encore de lui une maison d’habitation réalisée en 1932 pour Monsieur Humblet à Ganshoren, avenue Broustin 82.

Et puis, il y a ce fameux projet non exécuté dans le quartier d’Opale : une patinoire de glace artificielle en plein air.

Imaginez le projet : un complexe gigantesque sur un terrain d’environ 2.600 mètres carrés situé entre l’avenue de l’Opale et l’avenue de Roodebeek. Quarante-huit mètres de façade, côté avenue de l’Opale[1], presque quarante mètres[2] du côté de l’avenue de Roodebeek[3]. Outre une piste bétonnée de 1.500 mètres carrés réservée à la patinoire, sont prévus un chalet, comprenant divers locaux administratifs, commerciaux et sportifs, une salle de machines réfrigérantes et une installation pour la fabrication et la vente de la glace en blocs[4].

Les plans, fort détaillés, sont dessinés par Georges Rosenberg, qui les conçoit dans un style art déco prononcé.

« Nous osons espérer que notre projet, qui dotera la commune de Schaerbeek d’un établissement des plus sains, récréatifs et unique en son genre en Belgique, retiendra votre honorable attention et rencontrera vote entière approbation ». C’est dans ces termes que l’Immeuble Urbain, société coopérative de constructions, achats et vente d’immeubles, sise rue Frédéric Pelletier, tout près du quartier d’Opale, introduit, le 25 novembre 1929, la demande auprès de l’administration communale de Schaerbeek, au nom de la société anonyme en formation Palais de Glace de Bruxelles.

Mais devant ce Palais de Glace, la commune est frileuse. Elle convoque le maître d’ouvrage dont les explications et précisions ne semblent pas convaincre. Avis défavorable. L’Immeuble Urbain ne semble pas insister. Nous n’en saurons pas plus, le dossier au Service d’Urbanisme est succinct. La patinoire ne verra pas le jour.

Georges Rosenberg, lui, continue sa route mais meurt inopinément, en 1935, des complications d’une mastoïdite. Son seul fils a cinq ans. Les archives seront dispersées à jamais.

Pierre Dangles, 14 avril 2013


[1] Soit à la place des immeubles actuels situés du numéro 23 au numéro 49.
[2] Trente-neuf mètres et septante-trois centimètres, pour être précis.
[3] Soit à la place de tous les garages avec étage d’habitation du numéro 22 à 24.
[4] C’était une époque où peu de ménages disposaient d’un réfrigérateur.

Fin de commentaires/ Einde van opmerkingen