Jules Munster

Bien évidemment, dans notre quartier, des architectes ont aussi été à l’œuvre pour rénover, transformer, rehausser, agrandir ou restaurer des immeubles existants.

Jules Munster fut l’un d’eux.

Il naît le 31 mars 1881 à Forest et étudie l’architecture à l’Académie Royale de Beaux-Arts de Bruxelles.

Avant la Première Guerre Mondiale, il construit beaucoup de maisons et de villas, en style éclectique, art nouveau ou cottage. C’est l’ainé d’une fratrie de cinq : ses quatre frères sont entrepreneurs.

La première maison connue de lui date de 1902. Elle se situe à Saint-Gilles, rue de Parme n° 88. L’on connaît encore trois autres maisons de Munster à Saint-Gilles, mais la plus grande partie de son œuvre se situe dans sa commune natale[1], principalement avenue Van Volxem[2] et rue des Alliés. L’on connaît aussi une maison de lui à Uccle et un immeuble à Ixelles.

Comme tant d’autres architectes, Munster a des difficultés pour rebondir après la Première Guerre Mondiale. Non seulement certains de ses frères se dispersent en Belgique mais il subit fortement la crise économique de l’entre-deux-guerres. Il arrive encore à construire : quelques maisons de rapport tout près de sa maison et, en 1936, une fabrique pour produits pharmaceutiques[3].

Mais il vit surtout d’expertises, de vente de contrats d’assurance[4] et de rénovations et transformations d’immeubles.

C’est ainsi qu’il est amené, en 1938, à modifier dans le quartier d’Opale une maison de 1932, de la main de l’architecte Pierre Marcel Porto[5], située au numéro 201 de l’avenue du Diamant. La modification consiste en la transformation de la façade avant, par l’ajout d’une loggia au premier étage.

Cela semble être un de ses derniers chantiers. Jules Théodore Munster meurt à Saint-Josse-ten-Noode le 21 juin 1941.

Pierre Dangles, 16 décembre 2012



[1] Actuellement trente-sept maisons dessinées par Jules Munster sont recensés à Forest.
[2] Dont sa maison personnelle au numéro 39.
[3] Cet immeuble, rue des Alliés 54 à Forest, sera transformé plus tard en centre culturel flamand Ten Weyngaert.
[4] A XXe siècle, surtout après 1914-18, l’activité conjointe de construction de maisons et vente de contrats d’assurance est exercée par plusieurs architectes. Ce phénomène mérite d’être étudié davantage.
[5] Pierre Marcel Porto (1900-1972) fera ultérieurement l’objet d’une notice biographique.

Fin de commentaires/ Einde van opmerkingen