Paul Devroye

Paul Devroye est né à Tirlemont le 30 août 1911.

Il étudie l’architecture à La Cambre.

Ses premières réalisations sont pour la famille Vander Elst (Tabacofina) qui lui demande de construire deux villas à Coxyde. Il y érige en 1935, en collaboration avec l’architecte local Charles Schaessens[1], la Résidence du Blekker, immeuble d’angle moderniste (Zeelaan 110, Koksijde, actuellement placé sur la liste de sauvegarde de la Région flamande).

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il s’installe à Bruxelles, d’abord rue de Tenbosch à Ixelles, puis chaussée de Charleroi 152.

Sa première réalisation dans notre quartier d’Opale est, en 1954, l’immeuble nommé Résidence Baltimore, situé à l’angle de l’avenue Adolphe Lacomblé et du boulevard Auguste Reyers (au numéro 115).

Dans notre quartier d’Opale, il a encore réalisé l’année suivante l’immeuble à appartements Residence LaFayette, boulevard Auguste Reyers n° 55, au coin de l’avenue Emile Max. L’auvent remarquable à l’entrée démontre que Devroye maîtrisait à merveille le sens des proportions.

En 1955, il a l’occasion d’ériger avenue Brugmann[2], à l’emplacement des anciens Tennis Anglais, un grand complexe à bureaux et appartements, où il s’octroie le rez-de chaussée. Son atelier se compose de 3 à 4 collaborateurs, dont les chefs sont successivement les architectes J. Behets et Xavier de Crombrugghe (1924-1998).

Il construit des immeubles à appartements[3], des maisons unifamiliales[4] et des villas[5] dans toute la Belgique, jusqu’en France.

Les années 1960 économiquement favorables font revivre la mode des secondes résidences à la côte, en Ardennes ou aux alentours de Bruxelles. S’étant installé un des tout premiers à Lasne, il participera à l’essor de ce village, où beaucoup de villas sont dessinées par lui.

A la fin des années 1970, il revient toutefois à Uccle.

Vers la fin de sa carrière, il cosignera souvent ses réalisations avec son principal collaborateur Xavier de Crombrugghe[6].

Paul Devroye meurt le 21 janvier 1994, dans l’avion le ramenant de Sao Paulo (Brésil), où il avait rendu visite à un de ses fils.

Dans le quartier des Pierres Précieuses, il a encore érigé deux immeubles à la place Meiser, celui[7] à l’angle de l’avenue Eugène Plasky et, sur le même trottoir, celui[8] à l’angle du boulevard Auguste Reyers. En face, le numéro 40-42 du boulevard, l’actuel Hotel Reyers, est également de sa main.

Paul Devroye était membre de la Société Centrale d’Architecture Belge (SCAB).

Pierre Dangles, 20 juillet 2012



[1] Charles Schaessens (Gent 1880-Veurne 1953) avait commencé sa carrière à Bruxelles mais s’est installé à Furnes à la suite de la Première Guerre mondiale, participant grandement à la reconstruction de la région dévastée et y développant une carrière locale réussie. Dans la Région Bruxelloise, il  s’est fait connaître principalement par la construction à Saint-Josse-ten-Noode, en collaboration avec Jos Bytebier (1880-1941), des logements sociaux et de la piscine communale de la rue Saint-François, exécutées respectivement en 1924-26 et 1930-33, à la suite d’un concours communal emporté en 1915.
[2] Aux numéros 302 – 304.
[3] Tels que le numéro 6 de l’avenue Ernestine à Ixelles, fort représentatif de son style.
[4] Comme la maison avenue du Castel 109 à Woluwe-Saint-Lambert.
[5] Pendant sa carrière d’architecte, il construit plus de 600 villas.
[6] Telles que rue de l’Abbaye 83 à Ixelles.
[7] Place Général Meiser n° 7 et avenue Eugène Plasky n° 214
[8] Place Général Meiser n° 1 et Boulevard Auguste Reyers n° 1-3

Fin de commentaires/ Einde van opmerkingen